Avril 2019

LUTTER CONTRE LES DISCRIMINATIONS ET DÉCONSTRUIRE LES IDÉES REÇUES :
LA MISE EN PRATIQUE À TRAVERS DEUX ACTIONS AUPRÈS DES JEUNES 
 

Territoires marqués par la diversité de ses habitant-e-s, certains départements franciliens recensaient en 2016 un taux d’actes racistes, xénophobes et antireligieux presque deux fois plus important que la moyenne nationale. Face à ce constat, l’ADRIC a proposé pour 2019 un projet de lutte contre les discriminations utilisant le jeu MIROIR (Migrations et Idées Reçues : Osons Inverser nos Représentations), conçu par l'ADRIC dans le cadre du projet Amitié Code de la Ville de Toulouse. L’objectif était de permettre aux participant-e-s d’acquérir des connaissances sur la migration en France, de déconstruire les idées reçues, et de pouvoir réfléchir et débattre sur des questions liées aux migrations et aux droits humains en oralisant un argumentaire approprié.

DILCRAHAvec le soutien de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT), l’ADRIC a mis en place le 15 avril 2019 deux séances de sensibilisation au centre Laser Formation qui s’engage, depuis 30 ans, dans l’accompagnement des actifs, jeunes et adultes, pour faciliter leur parcours d’entrée dans l’emploi. Ces séances ont bénéficié à des groupes de jeunes, âgé-e-s de 17 à 24 ans, en formation professionnelle.

Pendant trois heures, le groupe de participant-e-s composé à la fois des jeunes et de leurs éducateur-trice-s ont échangé à partir de leurs questionnements sur le vivre-ensemble. Ils ont pu s’appuyer sur les « cartes arguments » du jeu, qui contiennent des extraits d’articles de journaux, des graphiques, des schémas en lien avec la migration en France, et qui donnent des éléments de réponse pour lutter contre les préjugés liés à la migration, tel que : « Les migrants envahissent la France ». Suite à la partie, la plupart des jeunes reconnait avoir beaucoup appris sur le sujet et avoir défait leurs idées reçues. Un des participants remarque qu’ « il ne faut pas se fier aux clichés et se faire sa propre opinion des choses ».

Laser formation 15 04 1

IDF GIFDans la newsletter du mois de février, nous parlions du projet JCVE, qui depuis 2016 vise à sensibiliser les lycéen-ne-s francilien-ne-s aux valeurs citoyennes. Le projet, soutenu par la Région Ile-de-France, s’est conclu par les ateliers de création mis en place dans deux des dix établissements engagés.

L’année passée, les élèves avaient créé lors de ces séances un catalogue d’œuvres citoyennes, mêlant créations en art plastique et créations en atelier d’écriture (collages, dessins, rédactions). Cette année, le roman-photo a été choisi comme outil transférable. A la croisée de l’art graphique,  de la lecture-écriture et du théâtre, le roman-photo permet de relire ou se projeter dans des situations vécues ou potentielles, de se mettre dans la peau d’un autre personnage tout en réfléchissant à ses propres réactions, de travailler collectivement aux éléments saillants de certaines thématiques et à la façon de communiquer cette réflexion en faisant appel à des représentations communes.

Quatre séances, organisées fin mars et début avril, ont été nécessaires à l’élaboration du roman-photo par étape : choix du thème, scénario et réalisation par groupe d’élèves. Ces derniers ont particulièrement apprécié s’approprier les sujets en se mettant en scène, d’utiliser le support photos, de travailler en groupe, et de pouvoir « exprimer des choses sans parler ». 

Choix des thématiques

Ces actions de sensibilisation envers un public jeune permettent à l’ADRIC d’affiner son expertise sur les problématiques, les questionnements et les besoins spécifiques des jeunes adolescents et adultes, citoyen-ne-s de demain.