Juin 2011 : Pour une meilleure gestion de la diversité culturelle dans l’accueil et l’accompagnement des publics - une formation auprès de la Préfecture de Seine-Maritime

L’ADRIC organise, depuis plusieurs années, des actions de formations auprès des préfectures et des services déconcentrés de l’Etat. Elle intervient notamment pour la qualification de leurs agents d’accueil, en faveur d’une meilleure prise en compte de la diversité socioculturelle des usagers, dont les publics issus des immigrations.

En effet, la connaissance du contexte et des trajectoires migratoires, des situations socioculturelles, et la sensibilisation à la démarche interculturelle sont de nature à contribuer à une meilleure qualification des professionnels œuvrant dans l’accueil et l’accompagnement de ces publics.

Ainsi, à la demande de la Préfecture de Seine-Maritime, l’ADRIC a mis en place deux sessions de formation de deux jours, à Rouen : la première fin 2009, et la seconde ce mois-ci. Ces journées ont réunis une quinzaine de personnes de divers profils, nouvellement recrutées par la Préfecture au sein du Bureau des étrangers.

La formation de juin avait pour objectifs de permettre aux participant-es de :

- Acquérir des connaissances socioculturelles concernant les populations issues des immigrations ; 

- Développer une capacité à décoder les sources d’incompréhension et de malentendus afin d’optimiser l’accueil des publics d’origines culturelles différentes ; 

- Connaître les principes de la démarche interculturelle pour une meilleure gestion de la communication et des interactions avec les publics concernés.

Plusieurs axes thématiques ont pu être développés, en s’appuyant notamment sur des exemples concrets concernant les trajectoires des publics issus de différentes immigrations.

Nos formations « Pour une meilleure gestion de la diversité culturelle » s’adressent plus largement à l’ensemble des professionnels des secteurs social, sanitaire, éducatif et culturel. Elles sont sollicités par des partenaires tant institutionnels (préfectures, mairies, bailleurs sociaux, écoles de formation sociale, etc.) qu’associatifs (centre sociaux, prévention spécialisée, etc.).