Janvier 2011 - « Histoire (s) et mémoire (s) : ressources et qualification des acteurs »

Un module de formation en partenariat avec l’association Trajectoires.

Depuis la fin des années 1990, les agents qui œuvrent dans le champ du développement social urbain sont amenés à accompagner les initiatives d’acteurs sociaux et culturels sur les questions d’histoire et de mémoire dans les quartiers (débats, témoignages, expositions, études et recherches, pièces de théâtre, films, etc.).

Certaines de ces actions visent à favoriser l’intégration des populations issues des immigrations sans occulter la transmission intergénérationnelle. D’autres, poursuivent la valorisation des mémoires plurielles, la lutte contre les discriminations et le développement des relations interculturelles en faveur de la citoyenneté.

Pour accompagner ces projets et agir dans ce champ, les acteurs du développement social urbain ont besoin de connaissances et d’outils appropriés.

Le partenariat Trajectoires / Adric : une complémentarité au service de l’action

Depuis 1998, l’association Trajectoires intervient sur le thème des migrations, pour répondre aux demandes de sauvegarde et transmission de la mémoire et de recherche historique dans un souci d’analyse critique du passé. De son côté, l’ADRIC traite de la question des mémoires dans le cadre de ses formations à l’interculturel.

En vue d’optimiser leur intervention respective, Trajectoires et l’ADRIC ont coordonné leurs compétences afin d’élaborer un module de formation sur le thème « Histoire(s) et mémoire(s) ».

Cette formation est proposée aux chefs de projets politique de la ville (DPVI) et personnel de l’équipe de développement local (EDL).

Echanges et réflexions : une formation en deux temps

En janvier, une première séance d’une demi-journée sera consacrée aux échanges d’expériences et aux questionnements des stagiaires afin d’identifier les problématiques les plus fréquemment rencontrées sur le terrain, mieux connaître des notions de base et définir des formes d’engagement.

Après un intervalle d’un mois, une journée de formation permettra d’approfondir la réflexion sur les idées fortes dégagées lors de la première séance et permettra d’acquérir des outils théoriques et pratiques pour travailler autour de la Mémoire et des mémoires.